Tour de France : Vinokourov, l'arbre qui cache la forêt ?

Publié le par Moonbloggeur

vinokourov.jpgAlexandre Vinokourov s'est dopé : la nouvelle a fait grand bruit, hier, au sein de la caravane du tour de France.

Pour moi aussi, ça a été un choc : je suis ce tour de France depuis plusieurs années déjà, et malgré toutes les affaires de dopages qui ont touché le cyclisme, je suis toujours resté fidèle à cet évènement sportif. Les efforts et le combat de ces coureurs m'ont toujours passionné, et ayant fait un peu de balades (assez longues parfois) à vélo dans ma jeunesse, je sais que parcourir les routes à coup de pédales est vraiment très dur. Je me souvient encore des baroudes d'honneur de Bernard Hinault ou de Laurent Fignon dans les années 80.

La lutte anti-dopage est devenue le cheval de bataille de Christian Prud'homme, le directeur de l'épreuve. Le prix à payer dans cette lutte : des coureurs qui se font prendre, des exclusions, des sanctions ...

Hier soir, je regardait tout cela à la télé, un peu dégouté, c'est vrai. Depuis 2 semaines, je regardait de temps en temps avec un de mes enfants le résumé de l'étape, en fin de journée. Et là, hier soir, il a bien fallu que je lui explique ce qui se déroulait devant son écran : et oui, il y a un coureur qui a triché, et il est exclu de la course. C'est comme ça, les tricheurs n'ont pas le droit de participer.

La question se pose donc : comment expliquer aux enfants, que l'on laisse des gens participer à des comptétitions, qu'on leur donne des trophés, et qu'après coup, on leur retire ?

sarkozymaillotjaune.jpgLa société actuelle glorifie la valeur de l'effort, de l'exploit. Il faut être le meilleur partout, à tous prix. Mais à quel prix ?
Alexandre Vinokourov est-il coupable ou victime d'un système ?
Il savait bien, en trichant ainsi, qu'il allait se faire prendre. Est-il conscient des risques qu'il prend pour sa santé ?

Je pense que ce qui se passe dans le sport n'est que le reflet de ce que l'on voit dans la société en général. Au travail, pour les études, à la télé, dans la politique, il faut être le meilleur, sinon on te zappe.
Pas de place pour les seconds couteaux.

Le dopage (ou les substances qui améliorent l'effort) est donc devenu, dans beaucoup de domaines, le seul moyen d'arriver à ses fins.

Quand on voit l'activité débordante de certaines personnes publiques (suivez mon regard), on peut se poser des questions ...

 

Publié dans Sport

Commenter cet article

BCT 25/07/2007 15:35

Moon... je suis comme toi, j'adore le vélo. A tel point que si un des coureurs oublie son vélo un jour sur le bord d'une route Orléanaise, je me suis toujours dit qu'il ne serait pas perdu pour tout le monde. Voleur ! Non pas voleur, rêveur. Je me rêve montant le Ventoux, les Pyrénées ou les Alpes...On est tous un peu comme ça. Ce qui me fait le plus rêver ce sont les étapes de montagne et c'est justement lors d'une de ces étapes que ce "pôvre" Vino s'est dôpé ! In vino véritas ! Enfin toujours est-il que nous sommes bien rêveurs et un tant soit peu naïfs. Nous savons exactement où en sont tous ces jeunes coureurs. Ils courrent tous après la prime. Nous savions que depuis des années ils étaient tous schoutés. Bien sûr les Prudhomme et autres "purs" essayent de changer les choses mais le mal est bien là. Moi je rêve d'un tour où il n'y a rien. Pas de prime, pas de pub, que le coureur et son vélo. Du début jusqu'à la fin. De l'eau et des repas équilibrés, c'est tout...mais je rêve encore.