Manif du 17 juin à Orléans : entre solidarité et individualisme, il faut choisir

Publié le par Moonbloggeur

Hier, j'ai décidé d' aller à la manif dans les rues d'Orléans pour montrer mon mécontentement contre la réforme des retraites et le projet d'assouplissement des 35 heures. Je ne suis pas un "pro" de la manif, loin de là. Mais là, je pense franchement que trop c'est trop. Les réformes annoncées vont trop loin.

Oui, c'est vrai, j'ai la chance d'avoir un patron qui ne me pose pas de problèmes pour que j'aille manifester, et c'est un luxe. Oui, je sais je ne suis pas le plus à plaindre. J'ai un travail, un logement, je vis assez correctement selon mes moyens et mes envies, qui sont loin d'être démeusurés. Mais comme tout le monde, je ressent le poids de l'augmentation du coût de la vie, et j'observe comme beaucoup que les innégalités se creusent entre les pauvres et les riches. Et la politique imposée par Nicolas Sarkozy ne semblent pas permettre de diminuer ces inégalités. Franchises médicales, paquet fiscale, en à peine 1 an, les bas salaires ont trinqué.

Manif, donc, hier, dans les rues d'Orléans. Je m'apperçoit rapidement qu'il n'y a pas autant de monde espéré par le mécontentement permanent que je ressent ici ou là. Oui, je suis conscient que d'allez manifester lorsque l'on a un travail, ce n'est pas si simple. Et j'en sais quelque chose. Il y encore peu de temps, je travaillais dans une entreprise ou le fait d'avoir un simple délégué du personnel (alors que c'était obligatoire) était devenu impossible. La seul solution que j'avait trouvé alors avait été de dénoncer mon employeur à l'inspection du travail, et il m'avait fallut pas mal de courage et de volonté.

La manif d'hier m'a donc rappelé à ce mauvais souvenir. En défilant dans les rues d'Orléans, je pensais donc à certains salariés qui n'avaient pas la possibilité de venir rejoindre le cortège. Mais à côté de ces salariés, il y a les autres. Mais qui sont ces gens qui ont le temps de venir aux manifs mais que l'on ne voit jamais ? Je vous laisse deviner. Quand on pense que la moitié des français ont voté contre Nicolas Sarkozy, ont se demande bien où ils sont. Entre soliridarité et individualisme, il faut finir par choisir ...

Je me pose souvent la question : est-ce que si toute les personnes qui pouvaient venir à une manif venaient, combien serions-nous ? Et vous, vous en pensez-quoi ? Pour le savoir, petit sondage (et oui, c'est ma période) :

Manifs ou pas ?

Vous allez aux manifs :
Oui, quasiment toujours
Oui, quand la revendication est légitime
Non, mais j'aimerai bien y aller mais je ne peux pas quitter mon travail
Non, car souvent les revendications ne me concernent pas
Non, car je suis contre les manifs


Résultats


Dessin : lepost.fr

Publié dans Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BCT 19/06/2008 17:20

J'oubliais, le 17 juin il y avait aussi ça :http://monstjeandebraye.over-blog.com/article-20408740.htmlLes personnes qui ont préparé cet évenements sont aussi souvent dans les manifs mais là il y avait urgence.

BCT 19/06/2008 17:16

Il y a deux explications à ton étonnement.- Tout se bouscule fin juin, tout. Il faut boucler l'année, tasser, préparer les vacances et l'année suivante aussi. - les gens courrent après un salaire déscent ce qui les oblige à aller à l'essentiel.Je n'étais pas à cette manif mais j'étais ce matin à l'enterrement de l'hosto devant la cathédrale et aussi devant la CPAM pour faire signer une pétition contre les franchises. médicale...Beaucoup de monde pour la signer, beaucoup de gens mécontents. Il faut rajouter à ça une manif pour le CNRS et pour les infrmières libérales...Tous les secteurs de la société sont touchés et bien évidemment il est difficile d'être partout.

Moonbloggeur 19/06/2008 09:56

@ Fricule : je l'ai trouvé dans une pochette surprise !!! Sinon, tenez-vous bien, des fois, je vais même manifester avec mon patron !!! le rêve, donc ...

Fricule 19/06/2008 09:14

MoonBloggeur, tu as un Patron qui te laisse allez au manif, et lui il reste bosser pendant ce temps là?Je ne sais pas ou tu l'a trouvé celui là, mais faut le garder!