Alain Bashung : Joséphine est orpheline

Publié le par Moonbloggeur

Vertige de la mort. Bashung est mort.

Ma tête, depuis samedi soir, est embrumée des musiques et des mots d'Alain Bashung. Alain Bashung, un artiste que je ne connaissais pas vraiment, mais qui depuis ma tendre enfance avait su m'accompagner avec ses nombreux tubes.

Alain Bashung, un artiste qui avait une présence naturelle, un charisme instinctif, une allure ... Sa voix chaude ne laissait jamais indifferent. Il avait la grâce, tout simplement.

Son dernier album, "Bleu pétrole" avait été salué unanimement par la critique. Sa volonté de rester sur scène, malgré la maladie, malgré ce "crabe" qui le rongeait et dont on connaissait malheureusement l'issue, nous remplissait d'émotions. Sa présence, il y a deux semaines, aux victoires de la musique, nous faisait espérer qu'il continuerait à nous ciseler les mots comme personne d'autre.

Aujourd'hui, je suis un peu déçu de ne pas avoir écouté la totalité de ses titres, offerts depuis plus de 20 ans. Alain Bashung n'est plus, mais son oeuvre est bien vivante. Les artistes ont la "chance" de laisser une trace de leur présence. Alain Bashung, j'en suis sûr, aura laissé sa trace. A nous de la faire grandir, en écoutant ses chansons, au delà de la mort.

Dans "Résidents de la République",  il mélait le bleu et le gris. Hommage :

Un jour je te parlerai moins
Peut-être le jour où tu ne me parleras plus
Un jour je voguerai moins
Peut-être le jour où la terre s'entrouvrira

Hier on se regardait à peine
C'est à peine si l'on se penchait
Aujourd'hui nos regards sont suspendus
Résidents, résidents de la république
Où le rose a des reflets de bleu
Résidents, résidents de la république
Chérie, des atomes, fais ce que tu veux

On peut aussi écouter son dernier album, "Bleu Pétrole" :


Découvrez Alain Bashung!

Retrouver un hommage sur France Bleu et ses plus grands "tubes", dont "Osez Joséphine", avec un clip exquis, ainsi que son dernier single en date, "Sur un trapèze" :
 

Publié dans Coup de coeur

Commenter cet article

Nico 16/03/2009 21:03

L'émotion me fait écrire n'importe quoi :A perte de vue est le titre d'ouverture de Chatterton !Ceci dit, Malaxe n'est pas mal non plus...

Nico 16/03/2009 20:59

Allez mOOn, je t'en conseille deux :A perte de vue (titre d'ouverture de Fantaisie Militaire)Apiculteur (sur l'album Chatterton)Il n'est jamais trop tard pour découvrir les grands.J'avais ainsi découvert Gainsbourg à la "faveur" de sa disparition...

Steph / Polyborus plancus 16/03/2009 18:58

J'ai passé mon dimanche avec lui, et la radio m'a réveillée avec lui encore ce matin. Un petit coup de marteau supplémentaire pour me rappeler que je n'avais pas rêvé.Madame rêve...Je pense à ses enfants, un fils qui, à 26 ans, se prend très certainement ce décès en pleine poire, et une fille de 8 ans seulement, qui va devoir apprendre à vivre avec l'absence d'un géant.Et très égoïstement, je pense à nous, son public, et à toutes les oeuvres qui ne parviendront jamais jusqu'à nous, puisqu'il ne les avait pas encore créées.J'ai du mal à encaisser.