Pavillon bleu à Orléans : le paradoxe

Publié le par Moonbloggeur

Les plages de l'Ile Charlemagne, situées à Saint-Jean le Blanc mais gérées par la ville d'Orléans, viennent de recevoir le label "Pavillon bleu". Etonnant, me direz-vous, d'avoir ce label à Orléans ?

Ce label, a été la cible de nombreuses critiques ces dernières années. La méthode d'attribution, déjà, pose problème : seuls sont examinés les dossiers des villes candidates, et cette candidatures est payante. De plus, la qualité des eaux est évalué sur la base de prélèvements fait la saison précédente, sans garantir la qualité de la saison à venir.

A regarder de plus près la liste des plages de France, on s'aperçoit vite que la Bretagne est sous-représentée et que les régions beaucoup plus "commercialement touristiques" regorgent des petits drapeaux bleus. Surprenant, non ?

Concernant donc les plages de l'Ile Charlemagne, qui sont régulièrement interdites en juillet et en août lors de grosses chaleurs, chaleur qui fait se développer des algues, ont peut donc se poser la question comment ces plages ont réussi à obtenir ce label "Pavillon bleu".

Le plus surprenant, c'est la réaction, entendue sur France Bleu Orléans ce matin, du directeur de la fondation qui décerne le label : il n'a jamais entendu parler des algues de l'Ile Charlemagne !!!

Ecoutez vite le reportage de France Bleu Orléans diffusé ce matin, ça vaut la peine :


En conclusion, Orléans peut être fier d'obtenir ce label de marketing "touristique", mais, si on veut obtenir une qualité plus exhaustive de l'eau de baignade, mieux vaut se renseigner auprès de la DDASS et lire les arrêtés municipaux ...

Sources : France Bleu Orléans, Que-Choisir.

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Miguel 01/06/2009 19:46

Normal puisque l'an dernier, l'ile charlemagne est restée fermée à cause d'une algue... BLEUE http://www.coteboulevard.com/2008/07/orlans-la-plage.html !

fansolo 30/05/2009 07:36

Encore un label fumeux, façon "Elu produit de l'année" où les deniers versés semblent plus compter que l'analyse objective et l'expertise indépendante... Dommage que tout soit comme ça de nos jours même si l'on peut se réjouir des retombées touristiques prévisibles dues à ce label. Faut-il vraiment en passer par là ?Merci pour cette enquête. Entre vélotour et ça, les blogs mènent de bonnes investigations ces derniers temps : bravo et... à suivre !