Régionales 2010 à ORLEANS : les vrais chiffres

Publié le par Moonbloggeur

electionsregionalesIl semble que l'abstention inquiète tout le monde, alors qu'elle n'a clairement pas touché tout l'électorat.

Démonstration, à Orléans : Sur l'image ci-dessous, vous trouverez le nombre de voix de chaque parti.
J'ai regroupé les partis en 4 groupes : extrême gauche, gauche républicaine, droite républicaine, extrême droite.
Notez que j'ai considéré que le MoDem, comme l'UDF, était à droite. Ceci afin de ne pas minimiser les scores de la droite.

regionales2010-1ertour-vraischiffres.jpg

Que remarque-t'on ?

- Les deux extrêmes reculent : l'extrême droite perd 38% de ses électeurs, et l'extrême gauche perd 33%.
- La droite républicaine (dans laquelle j'ai compté, en 2004 l'UMP et l'UDF, et en 2010, l'UMP et le MoDem) perd près de 19% de ses suffrages.
- La gauche progresse légèrement de près de 4%.

Ce premier tour est donc l'indication claire, à Orléans, comme en Région Centre (voir mon précédent article), que les électeurs se "désextrémisent" par rapport à 2004 et qu'ils fuient la droite.
Par contre, contrairement aux arguments de la droite, ils ne perdent pas confiance en la gauche républicaine.

On comprend mieux pourquoi la droite semble découragée.


Sources : l'excellent article de CDG

Publié dans Démocratie

Commenter cet article

Moonbloggeur 19/03/2010 09:42


@ Tryphon : Je vais demander à mon avocat (CDG) de vous répondre expressément.

Sinon, ce que j'en pense, c'est que la politique, c'est un peu comme le temps : comme c'est courbe, les extrèmes finissent par se rejoindre ...


Tryphon 18/03/2010 22:55


Monsieur de la Lune,

Je ne suis pas très bon dans le commentaire prétendument sérieux, et je le prouve de ce pas : je suis réellement choqué par le vocabulaire employé
dans ce billet.

On peut opposer partis "gestionnaires" et partis "aiguillons" ; en tant qu'électeur j'ai choisi de le faire. Va pour l'opposition gauche / extrême gauche.

On doit je crois, opposer (mais on mettra la frontière où l'on veut), adversaires politiques et ennemis de la démocratie. Ça c'est pour l'opposition droite / extrême droite.

Mais qualifier semblablement  de non républicaines les voix de Besancenot et de le Pen, par exemple, me rappelle des discours haineux que je croyais engloutis.

Les extrêmes se rejoignent...

 Je trouve très républicains des militants croisés dans des comités de soutien, des manifs  ou des piquets de grève, même si mon approche politique n'est pas la leur.
 Même élu dans une assemblée, un frontiste n'a rien de républicain, qui oppose entre eux des hommes ;  comme le fait celui qui, pourtant les présidant, brise des familles et
expulse des enfants.

 Monsieur de la Lune, une analyse qui emploie une phrase comme "-Les deux extrêmes reculent" m'insupporte et me fait peur.
Je connais les propriétés de la symétrie ; je connais aussi celles de l'arithmétique.
On n'est finalement pas très loin du discours : "gauche /droite, tous pourris"

Même entre les deux tours d'une élection, il y a des raccourcis qu'on ne doit pas prendre.

J'avais prévenu : dans ce genre de com, je ne suis pas très bon.


Polyb 18/03/2010 21:44


Peux-tu préciser ta source, eh toi ?
De quel article de CDG parles-tu ?
Il écrit où donc ?
Qu'est-ce que j'ai loupé ?

Bon, sinon, merci bien.
Ca a un côté rassurant... pourvu que cela se maintienne au deuxième tour :
Si les attaques de la droite ces jours-ci nous semblent, à nous personnes de gauche, pitoyables et éhontées, il se peut toutefois que certaines personnes soient dupes...

C'est si bon pour les politiciens de droite de jouer au populisme. S'adresser à cette France profonde qu'ils méprisent mais manipulent avec délectation en jouant sur leurs peurs et leurs
souffrances.

Mesdames et messieurs qui êtes tentés de voter à droite au 2nd tour, sachez-le :
Ces types sont loin de songer à l'intérêt général. Il n'y a qu'eux qui comptent.